Sommaire

Introduction. 6

I.   La transition économique, à l'origine des mécontentements. 12

A.    La ségrégation résidentielle conséquence des réformes. 14

1)    Comprendre le développement urbain fulgurant ou l’exemple du « miracle shanghaien ». 17

2)    Les conséquences sociales de la gentrification des centres à travers l’exemple de Beijing. 22

3)    Le processus de dualisation des villes chinoises. 24

B.    La privatisation de l’économie à l’origine du déclassement des travailleurs urbains. 30

1)    La fin de l’unité de travail 30

2)    Les xiagang entre déclassement et dépendance. 31

C.    La gestion politique des flux migratoires et leur mise au service de la croissance urbaine. 36

1)    Au commencement de la révolution urbaine chinoise : l’exemple de Shanghai 36

2)    La politique anti-urbaine de Mao et la gestion des flux de populations. 40

3)    Le rôle moteur des migrants dans la croissance chinoise. 45

II.  Les obstacles structurels limitant les revendications des urbains. 54

A.    L’absence d’un Etat de droit et d’instances de régulation des conflits. 55

1)    Organisation décentralisée et droit à la carte. 55

2)    L’absence d’instance de régulation des conflits. 56

3)    Le recours aux pétitions. 58

B.    Rapports de dépendance des urbains aux autorités et contrôle social 60

1)    Une gouvernance adaptée à la ségrégation résidentielle. 62

2)    Les comités de quartier, vers un contrôle social plus diffus. 65

3)    Les propriétaires urbains et le recours au droit 68

C.    Des revendications limitées de la part des résidents urbains. 72

1)    Les marges de manœuvre réduites des xiagang. 72

2)    Le mouvement autodiscipliné des propriétaires. 75

3)    Dépendance et contrôle. 76

III.   Autonomisation et organisation des migrants. 80

A.    L’émergence de mobilisations collectives, réaction à la révolution urbaine ?. 81

1)    La réaction face au nouveau système économique urbain. 81

2)    Constitution d’un « capital spatial » et autonomisation des migrants. 86

B.    L’utilisation de nouvelles ressources par les migrants. 93

1)    La perte de confiance des migrants à l’égard du politique. 94

2)    Naissance de mouvements contestataires. 99

Conclusion. 107

Bibliographie. 110